English version
 
 
     e Vignoble

L’INAO a distingué dans ce territoire quatre Appellations d’Origine Contrôlée différentes :
  • Le "Petit Chablis" récolté, en général, sur les plateaux et dont le rendement est limité à 60 hl/ha.
  • Le "Chablis" sur les coteaux exposés au nord et à l'est et sur les plateaux ; son rendement est limité à 60hl/ha.
  • Les "Chablis Premier Cru" sur les coteaux exposés au Sud et à l’Ouest. Ils sont répartis en 79 ‘climats’ dont 25 sont à retenir ; les principaux sont : ‘Mont-de-Milieu’, ‘Montée-de-Tonnerre’, ‘Fourchaume’, ‘Vaillons’, ‘Montmains’, ‘Vaucoupins’, ‘Côte de Léchet’… ; le rendement est limité à 58 hl/ha.
  • Les "Chablis Grand Cru" récoltés exclusivement à Chablis et Fyé sur les coteaux en rive droite du Serein, face à l’agglomération : sept ‘climats’ partagent cette appellation : ‘Blanchot’, ‘Bougros’, ‘les Clos’, ‘Grenouilles’, ‘Preuses’, ‘Valmur’ et ‘Vaudésirs’. Ils constituent qualitativement le sommet de la pyramide ; le rendement est limité à 54 hl/ha.
Les superficies délimitées des quatres AOC sont :
  • Chablis Grand-Cru         103ha
  • Chablis Premiers-Cru     745ha
  • Chablis                         4420ha
  • Petit-Chablis                 1562ha
  • Total                            6830ha
Il y a 4308 ha plantés ; il reste donc à exploiter environ 1000 ha en "Petit Chablis" et 1500 ha en "Chablis".
Le vignoble de Chablis
Cliquez pour agrandir
 

Haut de la page
 
     'histoire de Chablis

Avec ses misères et ses bonheurs, l’histoire de Chablis ressemble à celle de la France. Dans l’état des connaissances archéologiques actuelles, il est certain qu’existaient des établissements ruraux gallo-romains au confluent du ru de Vaucharmes et du Serein. Mais les premiers écrits citant Chablis remontent à l’an 867, lorsque le roi Charles-le-Chauve, petit-fils de Charlemagne, fit don de la "cellam Capleiam (monastère de Chablis), ses églises, ses maisons, ses vignes et les serfs des deux sexes y habitant aux chanoines de Tours" fuyant les Normands et réfugiés à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre depuis 854. Les religieux s’y installèrent, plantèrent de la vigne et mirent en valeur celle qui existait déjà.

Dès le Moyen Âge, on exportait le vin de Chablis vers l’Angleterre par Rouen, vers la Picardie et les Flandres par Compiègne. En 1455, les registres des "Compagnies Françaises" relèvent le passage de 67 barriques de vin de Chablis acquises par "un marchand de Maubeuge ou du pays de Hénault". Le vin de Chablis était donc déjà renommé. Dès lors, le village de Chablis se développe, sur la ‘ville haute’ avec l’église Saint-Pierre, l’Hôtel-Dieu, le prieuré Saint-Cosme et, dans la ‘ville basse’, autour de la collégiale Saint-Martin. C’est la guerre de Cent Ans qui explique qu’au début du XVème siècle on élève les remparts de la ’ville basse’, dotés de 29 tours, 3 portes, et 3 poternes, dites ‘Saint-Laurent’, ‘Au Maître’ et ‘Chenneton’.

En 1478, Pierre Le Rouge obtient le privilège royal d’établir à Chablis la cinquième imprimerie de France.
1568 : février noir pour Chablis : les Guerres de Religion embrasent la ville, Chablis est pillée par les Huguenots, mais la ‘ville basse’ évite l’incendie qui a déjà ravagé le faubourg Saint- Pierre (‘ville haute’) par le versement d’une rançon. Il faudra attendre longtemps pour que Chablis s’en remette.
Malheureusement, tout le vignoble fut détruit par le phylloxera au XIX ème siècle ; La Grande Guerre 14-18 laissa le pays exsangue. Après plusieurs dizaines d’années de travail acharné, la vigne fleurissait à nouveau.

Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, le bombardement du 15 juin 1940 détruisit le cœur historique de Chablis. 1949 marque la renaissance de la ville et de son vignoble : les vins pouvaient retrouver la route qui les avait conduits sur les tables du monde entier.

C’est surtout à partir des années 60 que le vignoble connaît, grâce au dispositif de protection contre les gelées de printemps, l’essor qui le lance définitivement sur le chemin de sa renommée actuelle.

Haut de la page
 


6 Boulevard Lamarque - 89800 CHABLIS
Tél. : 03 86 42 11 86 - Fax : 03 86 42 42 87 - Mail :